I Love Sénégal
Instagram
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Menu
I Love Sénégal
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
LinkedIn

​Recomposition et rajeunissement de la classe politique au Sénégal



La rédaction ILS
10 Août 2018 - 12:50


Le monde bouge et les générations se renouvellent, contre vents et marais. L’heure du rajeunissement et du renouvellement de la classe politique au Sénégal a sonné.


Les dinosaures politiques n’auront plus la voix au chapitre  et devront ranger leurs cliques et claques, ou être poussés vers la porte de sortie par leurs fils et ou petits- fils. Les plus croyants d’entre - eux se retourneront vers le Tout Puissant, un chapelet à la main.

Hé oui, l’heure des mutations a sonné !

En effet, que de surprises durant les années 2017 -  2018 ! De jeunes sénégalais inconnus ou peu connus du grand public, politiquement parlant, surmédiatisés sur les réseaux sociaux, sont en train de défrayer la chronique et s’inviter dans l’arène politique.

Hé oui, ils sont entrain de faire le buzz comme les branchés aiment le dire.
 


Le processus enclenché est irréversible et nul ne pourra l’arrêter

Ces sénégalais méritent bien les honneurs de la nation dans un pays en perte de repères et de valeurs. Les différents actes que ces derniers ont posés mesurent leur degré de foi, leur patriotisme et leurs sens des responsabilités.

Le plus âgé d’entre-eux a déjà soufflé ses 60 bougies et le moins en compte 35. Leur moyenne d’âge varie entre 46 ans et 47 ans.
Ils sont nés après les indépendances à l’exception d’un seul d’entre-eux. Leurs têtes sont bien faites. Ils auraient pu vivre de la meilleure des manières, eu égard à leur position, statut et rang.

Ces jeunes aux dents longues sont les suivants :

  • l’ex juge Ibrahima Hamidou Dème, âgé de 43 ans. Celui qui a osé démissionner avec fracas du Conseil supérieur de la magistrature et ensuite de la magistrature, qu’il a intégrée à l’âge de 29 ans ;
  • Ousmane Sonko, âgé de 44 ans. Ce jeune député, Inspecteur des impôts et domaines, diplômé de l’Ecole nationale d’administration du Sénégal (ENAM), a été démis de la fonction publique ;
  • Mamadou Dièye, un jeune capitaine de l’armée, âgé de 35 ans, issu des rangs de Saint Cyr, démissionnaire ou radié de l’armée, selon sa hiérarchie, après 7 ans de bons et loyaux services : un phénomène rarissime au sein de  la grande muette ;
  • Thierno Alassane Sall, un ancien ministre, âgé de 52 ans, un cadre émérite et un expert attitré de l’ASECNA. Cet Ingénieur des Télécommunications et de l’Aviation civile a renoncé à un salaire de 14 millions pour 5 millions net, quand il était Directeur de l’Agence des télécommunications et de la poste ( ARTP) et a ensuite démissionné du gouvernement ou démissionné, selon l’actuel Premier ministre, pour avoir refusé de signer un contrat d’exploration et d’exploitation de pétrole entre le Sénégal et une Société multinationale française ;
  • Bougane Guèye Dany, un journaliste et patron de presse, âgé de 44 ans. Il a mis en place un véritable patrimoine : (Dakar Life, Zik Fm, Sen TV, Tribune et Banlieue Tv). Ce patron de presse est aussi l’initiateur de «Joni Joni», le dernier bijou en matière de transfert d’argent. Cet homme de caractères, ce business man hors-pair, est  un modèle de réussite pour la jeunesse sénégalaise ;
  • Moustapha Mamba Guirassy, un ancien ministre de la république, âgé de 53 ans, Ingénieur en Génie électrique, diplômé en Administration des affaires, Président du groupe scolaire IAM et Président de l’Ecole supérieure  Franco-sénégalaise (ETTICA). Cet ancien député et maire de Kédougou avait démissionné de son poste de ministre, sous l’ère Wade pour convenance personnelle ;
  • Boubacar Camara, un brillant intellectuel, Docteur en droit, Avocat âgé de 60  ans, Inspecteur général d’Etat, major de sa promotion et ancien Directeur des  Douanes sénégalaises.

Une autre personnalité de taille, du nom de Cheikh Hadjibou Soumaré, un technocrate  âgé de 67 ans est venu tâter le pouls de l’arène politique qu’il n’a jamais franchie, malgré une station de ministre et ensuite de Premier ministre sous l’ère Wade. Ce très cool Inspecteur du Trésor, diplômé de l’Ecole nationale d’administration du Sénégal (ENAM), a renoncé à ses fonctions de Président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) pour convenance personnelle.

Accordez- leur des circonstances atténuantes, car le pouvoir rend fou.

Ces nouveaux  arrivants constituent l’arbre qui cache la forêt. En effet, la liste est loin d’être exhaustive et pourrait encore réserver bien des surprises « Wait and see »   

Le dénominateur commun de ces  brillants intellectuels et hommes de valeur, qualifiés à tort pour certains de ’ rebelles’, est qu’ils ont été formatés, selon les principes et les valeurs de bien de chez nous. Dès lors, ils seraient étonnants qu’ils prêtent le flanc et se laissent marcher sur  les pieds.

Quelles ressources humaines de qualité !
Quel courage !
Quel esprit de sacrifice !
Quelle leçon de dignité !
Quel sens de l’honneur !
Quel sens du patriotisme !
Quel sens des responsabilités !

Quelle mouche les a donc piqués pour qu’ils changent brusquement de trajectoire et s’invitent dans la politique ?
Assurément, le désir d’apporter des changements majeurs dans la gestion des affaires de l’Etat, dans les manières d’être et de faire, contrairement  aux politiciens de maintenant, des anti-modèles mus uniquement par des intérêts matériels et financiers.
 


Ils ont sûrement mûri leurs plans et stratégies afin de ne pas prêcher dans le désert.

Sans pour autant être dans les secrets de Dieu, je présume qu’ils ont déjà fait un diagnostic complet et sans complaisance de la situation du pays, procédé à l’identification des vrais maux, dont souffrent leurs compatriotes sénégalais, inventorié les remèdes les plus efficaces pour les guérir de leurs souffrances.

Ensuite, il leur faudra trouver les mots justes pour décliner leur ambition, convaincre les plus sceptiques, sur la base d’arguments pertinents et réalistes et décliner leur projet de société, consistant à mieux définir leur vision du Sénégal de demain et le profil du sénégalais de demain, de même que les principes et les valeurs qui soutiendraient leurs actions, le tout contenu dans des programmes.

Un avenir très proche nous édifiera sur leurs  intentions et offres politiques.
En tout cas, c’est sur ce terrain, que nous les attendons, nous autres sénégalais épris de paix, de  justice, de dignité et de démocratie.
 




Lu 86 fois

Partager le site
Facebook
Twitter