I Love Sénégal
Instagram
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Menu
I Love Sénégal
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
LinkedIn

L’Alliance Pour la République (APR) joue à se faire peur



Idrissa
13 Février 2018 - 10:20


Une accession fulgurante au pouvoir et un partage des dividendes


L’Alliance Pour la République (APR) a vu le jour le 1er décembre 2008, Ce jeune Parti, dirigé par un jeune Président, a accédé au pouvoir environ 4 ans après sa naissance.
Le charisme de son Président, son parcours politique et sa stratégie de conquête du pouvoir ont prévalu et ont assuré la gagne.

Ensuite, il a fallu recourir à d’autres forces politiques et personnalités de haut rang, pour mieux asseoir les bases de la gestion du pouvoir.
Le slogan du Président de la République « On gagne ensemble, on gouverne ensemble », en dit long.
Cette option est toujours de mise et semble encore porter ses fruits. En effet, depuis environ 6 ans, l’APR et ses alliés, président aux destinées du pays.
Les présidences des instances clefs de la République : Assemblée nationale, HCCT (Haut Conseil des Collectivités Territoriales) et CESE (Conseil Economique Social et Environnemental), échappent au contrôle du dit parti. Et les quelques grincements de dents de certains de ses ténors n’y font rien.
 

Un parti en zone de turbulence


Une cacophonie, une confusion totale, des batailles rangées et des invectives semblent rythmer la marche actuelle du parti.
Ce dernier fonctionne à partir du seul bon vouloir de son commandant de bord et sans copilote. Quoi de plus normal que la maison APR, traverse une zone de turbulence !
 
On dirait un Groupement d’Intérêt Personnel ou une armée mexicaine.
 
Seules quelques sanctions minimes et isolées, dignes de leurs noms, ont été prononcées, à l’égard des indisciplinés et fauteurs de troubles.
 
« On ne scie pas une branche sur laquelle on est assis » : les paroles du Président Abdou DIOUF ont-elles pesé de leurs poids ?
Les tentatives régulières de recoller les morceaux tardent à porter leurs fruits.
Pour preuve, les émissaires envoyés récemment par le patron du Parti à l’intérieur du pays pour seller la paix et la réconciliation créent encore, ici et là, des confusions et des guerres de positionnement.
Certains ténors et membres sont en train de vendanger leur propre parti. Les forces s’éparpillent et se gaspillent au moment où elles devraient s’unir et se renforcer eu égard aux élections présidentielles prévues l‘année prochaine.
 
Un autre aspect qui envenime la situation est la nomination de certains pontes du parti à la station, tant convoitée, de Coordinateurs du parti à l’échelle départementale et communale. Leur désignation ne semble pas faire toujours l’unanimité laquelle situation crée la division, les animosités, et exacerbe les rivalités.
 

La réélection de votre candidat, la seule bataille qui vaille la peine


L’heure devrait être à l’unité et l’unisson.

L’heure devrait être à la mobilisation de toutes les forces vives et à la mutualisation des énergies pour vaincre les potentiels adversaires.

L’heure devrait commander également de taire vos égos, de vaincre les démons de la division, d’asseoir l’unité et la solidarité du Parti.

Le Président de votre parti en a besoin pour briguer un second mandat.
 

Vos intérêts matériels et votre survie sont en jeu, agissez pendant qu’il est encore temps


Le président de votre parti a raison de vous rappeler souvent à l’ordre.
 
Sans lui, porteriez-vous des costumes griffés ?

Sans lui, alliez-vous conduire des véhicules de marque ?

Sans lui, alliez-vous humer l’air frais des Almadies dans vos villas cossues ?
 

Nous osons espérer que la guéguerre ne va pas se prolonger et faire rage à l’approche des joutes présidentielles, au moment du choix des directoires de campagne et du partage du butin de guerre.
 

Wait and see.
 
 



Lu 362 fois

Partager le site
Facebook
Twitter