I Love Sénégal
Instagram
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Menu
I Love Sénégal
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
LinkedIn

La sublime Mosquée de la Divinité



Astou
6 Novembre 2018 - 14:00


Quand on longe la corniche Ouest balayée par la brise marine, on voit surgir tel un bateau ses deux minarets de 45 mètres chacun. Plus on avance, plus cette Mosquée s’impose sur la baie de Ouakam, quai de pêche traditionnel des habitants d’un des trois villages lébous de la capitale (l’ethnie autochtone de la presqu’île du Cap-vert).

Elle est l’œuvre d’un guide, Mouhamed Gorgui Seyni Gueye, appelé par ses fidèles Sangabi. Réputée être un ordonnancement divin , la Mosquée de la Divinité vient s’ajouter à la très prestigieuse liste des 5 mosquées construites sur ordre de Dieu derrière La Mecque, la Mosquée de Jérusalem, la Mosquée du Prophète à Médine et la Mosquée de Touba.
 


Historique du site


Ancien terrain de foot dans les années 70 et même, d’après nos sources, lieu de rassemblement des tirailleurs sénégalais de la guerre 39-45 (Ouakam étant entouré de bases militaires françaises et sénégalaises), y cohabitent aujourd’hui en harmonie la spiritualité, la pêche, le commerce, le sport et la plage.
 

C’est dans la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 juin 1973 que la mosquée de la Divinité fut révélée à Sangabi sous forme d’une maquette lumineuse descendue du ciel. Il suivit sa descente en courant les yeux rivés sur elle... jusqu'à la baie de Ouakam où il la vit se poser avec la mention ALLAHOU AKBAR (Dieu est grand) écrite en lettres d’or sur la porte de droite.

Cette œuvre architecturale blottie dans le bassin de la baie de Ouakam sur les contres-forts de la colline est l’une des œuvres de son existence.
 


Sa construction par les fidèles


L’édification a débuté le 20 mai 1992 par les fidèles et sympathisants du mouvement Naby Allah.

Sa construction a deux particularités qui la singularise de nombre d’autres édifices religieux au Sénégal.

La première est qu’elle n’a bénéficié d’aucune subvention ni de l’Etat ni de fonds étrangers mais de la seule mobilisation des fidèles.


La seconde est qu’elle a été entièrement réalisée par la main de l’Homme sans aucune machine: pas de pelleteuse, ni de bétonnière, ni de grue élévateur. D’ailleurs, le seul engin présent sur le site lors des fondations de la Mosquée est tombée en panne après seulement une semaine de travaux.
C’est donc bien de l’esprit de solidarité, l’esprit d’équipe et la motivation de ses fidèles qui s’y sont investis corps et âmes qu’est née cette superbe carte postale de Dakar.

Toutes les bonnes volontés du mouvement Nabi allah, les habitants de Ouakam, Ngor,
Yoff, Guédiawaye… ont participé de manière spontanée à cette œuvre.
 

L’oeuvre bénévole de toute une communauté


Si rares de nos jours sont les communautés pouvant revendiquer la réalisation d’un tel édifice par la seule force de ses fidèles, il faut dire que leur guide spirituel Sangabi fut le 1er impliqué.
Omniprésent sur le chantier du début à la fin, il n’a ménagé aucun effort faisant de ce lieu son QG. Tous les jours, il venait superviser la bonne marche des travaux et motivait tous les volontaires. Bon meneur d’homme et leader, il fut aussi un excellent gestionnaire des finances disponibles.
Mentionnons ici que, avant sa retraite spirituelle, Mohamed Seyni Gueye dit Sangabi a été comptable de la société Pierre Auger. Sa fonction d’alors le conduira à Touba où il fut chargé de la gestion de la construction de la grande Mosquée de Touba.

A Ouakam, chaque personne de la communauté, en fonction de ses moyens et de sa compétence, a participé à la construction. Les membres du mouvement Nabi Allah, organisés par quartier (Taglou, Mboul, Gouye Sor, Sinthia, Boulga, Cité Asecna, Bira Ouakam, Ripp, etc), réunissaient les cotisations dont une partie servait au financement de la Mosquée et l’autre partie à la restauration des bénévoles présents sur le chantier.
A tour de rôle, les femmes s’occupaient de la restauration des volontaires et participaient aussi à la construction de l’édifice comme en témoignent les nombreuses photos de cette époque.

Au bout de 5 ans et 5 mois, la Mosquée de la Divinité fut achevée. Elle sera inaugurée le 1er octobre 1997 en présence de Mame Alpha Sy, fils du défunt khalife des Tidianes Serigne Abdoul Aziz Sy (Dabakh) décédé deux semaines plus tôt.

A côté de la Mosquée de la Divinité, Sangabi, son fondateur, repose, comme il l’a souhaité, dans son mausolée devenu un endroit de recueillement.
 


Ce qu’on peut retenir


Construite de 1992 à 1997 par des jeunes bénévoles - femmes et hommes - encadrés par des personnes plus âgées dans un élan de solidarité de toute une communauté, la Mosquée de la Divinité est devenue en quelques années un site spirituel incontournable à Dakar mais aussi un patrimoine culturel et touristique du Sénégal.
 


Evènements Majeurs :


Prières chaque vendredi:  S’habiller en blanc pour prier dans la Mosquée

Mars : Commémoration de la descente spirituelle de Sangabi le dernier samedi du mois de mars

Juin :  Commémoration de la descente spirituelle de la Mosquée le dernier samedi du mois de Juin


Merci à la communauté Nabi Allah pour les photos d'archive
 




Lu 516 fois

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Novembre 2018 - 15:45 A la découverte des merveilles de Lompoul


Partager le site
Facebook
Twitter