I Love Sénégal
Instagram
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Menu
I Love Sénégal
Facebook
Instagram
Twitter
YouTube
LinkedIn

Présidentielle 2019 : le portrait du candidat déclaré Ousmane Sonko



La rédaction ILS
10 Septembre 2018 - 10:50


Ousmane Sonko : le chouchou des médias


Ce garçon beau, longiligne, à la barbe bien entretenue est  très fier de ses origines. Il est né le 15 juillet 1974 à Thiès, d’un père, militant du PS, originaire de la Casamance et d’une mère ‘baol- baol’, tous les deux fonctionnaires Il porte bien ses 44 bougies. Il est  très élégant. En effet, les costumes européens et les tenues traditionnelles lui vont bien, de même que les tenues relax (chemises pantalons et chapeaux). Ce musulman très pratiquant, du nom d’Ousmane Sonko, marié à deux épouses et père de 06 bois de Dieu, a passé une partie de son enfance à Sébikotane, lieu d’affectation de sa maman. Après quoi, il a rejoint  la Casamance, le fief de son père, où il est resté, jusqu’à l’obtention du baccalauréat.

L’honorable député incarne l’image achevée d’une personne éduquée, selon les valeurs ancestrales, lesquelles accordent une importance capitale à la famille. A titre d’exemple, il partage sa maison avec toute sa famille, au sens large du terme.

Son franc parlé, son courage, ses sorties à l’Assemblée nationale, son éloquence  et sa maîtrise parfaite des problèmes du pays, lui confèrent une certaine notoriété et une crédibilité sans cesse grandissantes.

 


Ousmane Sonko : un pur produit et une fierté de l’école sénégalaise


Ce jeune homme est l’exemple achevé de l’école sénégalaise pour avoir fait ses études primaires, secondaires et universitaires au pays.

Titulaire d’un baccalauréat en 1993, il entame des études supérieures à l’Unité de Formation et de Recherche des Sciences juridiques de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Il obtint dans ce lieu du savoir une spécialisation en Droit public.

La maîtrise en poche,  il réussit avec brio, le concours d’entrée de la prestigieuse École nationale d’administration et de magistrature (ENAM), comme major en 1999 et en sort comme Inspecteur des Impôts et des Domaines.

 


Ousmane Sonko : un passionné de sport :


Sonko est un sportif accompli pour avoir  pratiqué : le karaté, le football, la natation, la gymnastique et le basket. Selon certaines indiscrétions, il était très doué en basket. Le dit sport,  lui aurait permis de faire une brillante carrière, mais la priorité accordée à ses études, a fini  par prendre le dessus.


Ousmane Sonko : un homme de courage et de convictions


Après seulement deux ans de bons et loyaux services dans l’administration, il s’est taillé une certaine crédibilité et l’aura dans son corps professionnel.

Lesquels lui ont permis d’être à la base de la création du Syndicat autonome des Agents des Impôts et des Domaines, malgré le niet catégorique et manifeste des Hautes autorités du pays.

Cet outil a rendu des services notoires à l’ensemble des employés dudit secteur. Le  leadership de Sonko et la casquette de Président du syndicat, lui auraient permis de prendre l’ascenseur et de bénéficier de prébendes, comme Directeur des opérations, et puis de Directeur régional, Sa conviction de servir le Syndicat et non se servir du syndicat a pris le dessus. Fidèle à ses convictions et au sens de la parole donnée, Sonko a respecté à la lettre ses promesses.

Pour se laver de tout soupçon et toute spéculation mal vaillante, Sonko a publié son patrimoine, composé de la seule maison acquise à la SICAP.SA, du seul véhicule de 10 ans d’âge et ses maigres avoirs.
Qui l’aurait cru pour un Inspecteur des Impôts et Domaines, par ces temps qui courent ?


Ousmane Sonko : une denrée rare dans une administration en perte de repères


Ce jeune homme traité de tous les noms d’oiseaux a été démis de la fonction publique, en août 2016, après 15 ans de bons et loyaux services, en qualité d’Inspecteur des Impôts et des  Domaines. Le motif controversé avancé pour justifier sa radiation est le « manquement au devoir de réserve ». En fait, ce grand serviteur de l’Etat, ce fonctionnaire émérite, n’a fait que dénoncer plusieurs supposées « anomalies » fiscales ou budgétaires dans le fonctionnement de l’État et mis directement en cause le Président de la république et son entourage.

Quel courage, quel amour pour son pays !

Ses collègues de travail et les anciens de la corporation ne tarissent d’éloges à son égard. Que de lauriers tressés à ce jeune cadre, qu’ils dépeignent comme un homme juste, bon, travailleur, avec des convictions religieuses fortes.

Un cas d’école et une fierté pour une administration sénégalaise en perte de valeurs  Comme nul n’est prophète chez soi, ses détracteurs le taxent d’homme pressé, qui en veut à l’actuel ministre des Finances et du Plan, de ne pas l’avoir promu dans le dit ministère et de ne pas l’avoir nommé à un poste juteux.

 


Ousmane Sonko : la trajectoire d’un homme politique en devenir


Qui aurait cru pour ce monsieur allait arpenter les marches de l’Assemblée nationale et porter le titre d’honorable député, après les législatives de 2017 ?

Sûrement une volonté divine, plutôt qu’un concours de circonstances !

Dieu est Juste, la radiation de Sonko, au lieu de lui arracher le pain quotidien et l’eau à la bouche, le propulse à l’Assemblée nationale. Entre temps, Sonko a eu l’opportunité de créer le parti « Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef-Les Patriotes) ». Il partage ce parti avec des inconditionnels et des  partisans, ayant les mêmes principes et les mêmes valeurs que lui, Lequel parti a obtenu un siège à l’Assemblée national et le propulse comme  député.

Quelle aubaine, Sonko se voit libérer du poids du soi - disant droit de réserve et devient donc un électron libre de ses mouvements, actes et  déclarations.

Ce nouveau statut, lui permet de mieux d’accéder aux médias publics et privés, d’avoir une meilleure présence sur la scène politique et de jouer son rôle d'opposant. En outre  son Cabinet d’Expertise fiscale lui permet également de vivre à l’abri du besoin. Son cri de guerre entre autres, porte sur le manque de vision des pouvoirs publics, la mal gouvernance, la dénonciation des accords de partenariat, le franc CFA, l’opacité des conditions d’attribution des contrats d’exploitation du gaz et du pétrole, récemment découverts au Sénégal, les traitements de faveur, dont bénéficieraient les députés.

Ousmane Sonko ne s’est pas contenté de dénoncer les tares du régime actuel. Il a produit pour la postérité un ouvrage intitulé « Pétrole et gaz au Sénégal. Chronique d’une spoliation  », dans lequel ouvrage, il accuse le clan Sall d’avoir « violé » le Code pétrolier et la Constitution. Son deuxième ouvrage est en gestation et paraîtra sous peu.

 


Ousmane Sonko : en route vers l’élection présidentielle de 2019


L’honorable député Ousmane Sonko n’a pas encore déclaré publiquement sa candidature pour l’élection présidentielle de 2019. Cependant, il y a lieu de compter avec lui. Sa jeunesse, son expertise, son franc parlé, sa droiture, ses convictions, ses dons d’orateur  hors-pair, sa force de proposition, font de lui un adversaire coriace à surveiller de près, pourvu, qu’une erreur politique, qui se paie souvent cash, ne vienne entacher sa marche vers le sommet de l’Etat.




Lu 2123 fois

Partager le site
Facebook
Twitter